Cahiers Alsaciens en cours

Les Cahiers alsaciens - tome LIX - 2016

Les Cahiers 2016, sont disponibles. Ils sont livrés gratuitement à nos membres.                                                                                                                                                                                                  ►Retour accueil


 

Héloïse KOEHLER, François BACHELLERIE, Jehanne AFFOLTER, Stéphanie BONILAURI, Marion KUCHARSKI, Hélène SALOMON et Patrice WUSCHER
Premiers résultats de la fouille des occupations
du Paléolithique supérieur de Morschwiller-le-Bas (Haut-Rhin) (pp. 5-12)

Philippe LEFRANC et Fanny CHENAL
Structures d’habitat et inhumation de la seconde moitié du 5e millénaire (groupe de Bruebach-Oberbergen) à Vendenheim « Aux Portes du Kochersberg » (Bas-Rhin) (pp. 13-25)

Christophe CROUTSCH, Willy TEGEL et  Estelle RAULT
Les puits à eau et les occupations de l’âge du Bronze du Parc d’Activités du Pays d’Erstein (Bas-Rhin) (pp. 27-41)

Muriel ROTH-ZEHNER et Nicolas STEINER
Découverte d’une sépulture de la fin de La Tène ancienne à Schirrhoffen (pp. 43-52)

MURER Axelle, TENUD Antoine et JAMMET-REYNAL Loïc
L’habitat en terrasse du site d’Illfurth « Naegelberg » (Haut-Rhin) : une occupation entre le second tiers du IIIe siècle et la première moitié du IVe siècle après J.-C. (pp. 53-67)

Philippe LEFRANC
Le camp militaire romain de Vendenheim « Aux Portes du Kochersberg » (Bas-Rhin) (pp. 69-80)

  Mathias HIGELIN
L’agglomération romaine de Horbourg-Wihr  (Haut-Rhin) : carte archéologique et synthèses thématiques (pp. 81-101)

Térence LE DESCHAULT DE MONREDON
Le décor peint de la droguerie du Serpent à Strasbourg. Jeux visuels d’un peintre des alentours des années 1340 (pp. 103-116)

Louis SCHLAEFLI
Un dessin inconnu de Jean-Jacques Arhardt : l’intérieur de l’église Saint-Étienne de Strasbourg en 1670 (pp. 117-123)

Jean-Claude GÉROLD et Roger LUTZ
Découverte fortuite d’un ensemble de vaisselle en étain à Weiterswiller (pp. 125-131)

Anne-Doris MEYER
La collection du notaire Alfred Ritleng à Strasbourg (pp. 133-143)

Morgane WEINLING
Les collections autobiographiques du baron Albert Louis Eugène de Dietrich (1861-1956) (pp. 145-164)

Nicolas LEFORT
La reconstruction des monuments historiques détruits par la Grande Guerre dans le Haut-Rhin : les choix de restauration (pp. 165-194)

Benoît LÉTHENET
« La cruelle guerre 1914-1918 » : enquête pédagogique sur les monuments aux morts du canton de Bischwiller (pp. 195-209)

 

 

Clémentine ALBERTONI, Olivier HAEGEL, Paul SCHMITT, Claire HIRSTEL

Mesures de protection au titre des Monuments Historiques - Année 2016 (pp. 211-215)

 

Cahiers 2016 - Résumés

Cahiers 2016 - Bon de commande


 

Les cahiers alsaciens - Tome LVIII - 2015

Les Cahiers 2015, édités en hommage Guy BRONNER, sont disponibles. Ils sont livrés gratuitement à nos membres.                                                                                                                                                                                                  ►Retour accueil


  Bernadette SCHNITZLER
À Guy Bronner, à l’occasion de ses trente ans de présidence de la Société pour la conservation des monuments historiques d’Alsace (pp. 5-8)

Jacky KOCH
La Porte d’Ottrott du Mur païen du Mont Sainte-Odile : résultats inédits de la campagne de sondages de 2004 (pp. 9-20)

Jean-Philippe MEYER
Sculptures romanes de Sainte-Foy de Sélestat et leurs modèles à Worms (pp. 21-31)

Bernard HAEGEL et René KILL
Redécouverte, fouille et consolidation du château de Warthenberg-Daubenschlagfelsen – Une extraordinaire aventure humaine et archéologique (pp. 33-43)

Maxime WERLÉ, avec la collaboration

d’Agnieszka KOZIOL et Olivier PUTELAT
Vestiges du système défensif primitif (fin du XIVe siècle) du faubourg de la Krutenau à Strasbourg  (pp. 45-62)

Jean WIRTH
Un sculpteur à la cathédrale de Strasbourg dans les années 1240 (pp. 63-69)

George BISCHOFF
Un château fort retrouvé, la Bischoffsburg d’Éguisheim (pp. 71-79)

Jean-Michel RUDRAUF
Klein-Arnsberg ou la dernière génération des châteaux forts de montagne en Alsace (pp. 81-95)

Louis SCHLAEFLI
Quelques compléments à propos de divers monuments funéraires strasbourgeois (pp. 97-102)

  Bernhard METZ
Burg, Schloss et Kastel dans la toponymie alsacienne (pp. 103-115)

Thierry HATT
Un nouveau regard sur J. F. Blondel et le plan « cadastral » de 1764 : équipes, financements, réseaux (pp. 117-131)

Monique FUCHS
Les berlines strasbourgeoises du XVIIIe siècle : un artisanat de luxe oublié 1 (pp. 133-144)

Marc GRODWOHL
Le monument historique invisible. Structures agraires et pastorales en pierre sèche dans les forêts sous-vosgiennes (pp. 145-162)

Dominique TOURSEL-HARSTER
Les jardins de plaisance de Bouxwiller sous les Hanau-Lichtenberg et les Hesse-Darmstadt (1701-1790). Espace de représentation princier et lieux de l’intime (pp. 163-184)

François PÉTRY
La carrière égyptienne de Charles Richert (1869-1946), cuisinier alsacien (pp. 185-194)

Benoît JORDAN
André Kreichgauer, fabricant d’ornements à Paris au XIXe siècle (pp. 195-202)

Marie POTTECHER
Le lotissement de la Neustadt. De la logique économique à la politique urbaine (pp. 203-215)

Clémentine ALBERTONI
À la recherche des monuments historiques disparus … (pp. 217-233)

Bernadette SCHNITZLER
De quelques ex-libris d’archéologues alsaciens (pp. 235-245)

  Clémentine ALBERTONI, Jean-Claude-GOEPP, Mrina LASSERRE, Marie MENRATH, Georges TRIANTAFILLIDIS

Mesures de protection au titre des Monuments Historiques - Année 2015 (pp. 247-254)
 

 

Cahiers 2015 - Résumés

Cahiers 2015 - Bon de commande


 

Les cahiers alsaciens - Tome LVII - 2014

Les Cahiers 2014 sont disponibles. Ils sont livrés gratuitement à nos membres.                                                                                                                                                                                                  ►Retour accueil


  Anthony DENAIRE

(Antea-Habsheim / UMR 7044 Archimède)

L’habitat Grossgartach d’Ittenheim « Complexe sportif et aire de jeux de la rue de l’Érable »  (Bas-Rhin)  (pp. 5-19)



Luc VERGNAUD, Fanny CHEVAL et Bertrand PERRIN

(*Antea-Habsheim)

La sépulture campaniforme d’Osthouse « Kleinfeld » (Bas-Rhin) (pp. 19-25)



Séverine BLIN, Sylvie DARDAINE, Florent JODRY , avec la collaboration de Marie-Dominique WATON
(*UMR 7044 Archimède, **CNRS-Msh Paris, ***INRAP-Strasbourg, ****DRAC-Alsace)

Une nouvelle stèle de cavalier découverte à Strasbourg-Kœnigshoffen (Bas-Rhin) (pp. 27-35)



Nathalie FRŒLIGER, avec la collaboration de Heidi CICUTTA 

(*INRAP-Metz, **INRAP-Strasbourg)
De l’art de trinquer avec philosophie chez les militaires romains (pp. 37-45)



Audrey HABASQUE
(PAIR-Sélestat)
Un camp temporaire de l’armée romaine à Oberschaeffolsheim (Bas-Rhin) (pp. 47-55)



Maurice SEILLER (†), Burghard LOHRUM, Willy TEGEL et Maxime WERLÉ
(*UMR 7044 Archimède, **D-Kenzingen, ***D-Bohlingen, ****PAIR-Sélestat / UMR 7044 Archimède)
Des châssis de fenêtre en bois du XIe siècle et de nouvelles observations sur les parties orientales de l’ancienne église collégiale de Surbourg (pp. 57-74)



Jean-Philippe MEYER
(Région Alsace-Service de l'Inventaire du Patrimoine)
L’église romane de l’abbaye d’Erstein. Essai de restitution et de datation (pp. 75-98)

  Philippe LEFRANC, avec la collaboration d'Olivier ZUMBRUNN
(*INRAP-Strasbourg / UMR 7044 Archimède, **INRAP-Strasbourg)

Un camp militaire du XVIIe siècle à Souffelweyersheim « Les Sept Arpents » (Bas-Rhin) (pp. 99-113)



Dominique TOURSEL-HARSTER

(SCMHA-Strasbourg)

Du domaine de Turckheim dit Kayserguet à Strasbourg au Lieu d’Europe. État des lieux et propositions (pp. 115-131)



Laurent NAAS et Aline SEZEUR
(*Bibliothèque Humaniste-Sélestat, **Château du Haut-Koenigsbourg)

À la découverte des vestiges laissés par les visiteurs du Haut-Kœnigsbourg jusqu’à sa reconstruction (pp. 133-150)



Etienne MARTIN
(Musées de Strasbourg)

Deux groupes statuaires, « Enfants au poisson » et « Enfants à la corne d’abondance » :  contribution à l’étude de la fontaine du "Vater Rhein"  (pp. 151-156)



Nicolas LEFORT

(Docteur en Histoire-Université de Strasbourg / EA 3400 Arche)

La protection des monuments et œuvres d’art dans les territoires d’Alsace occupés par l’armée française pendant la Grande Guerre. Enjeux, organisation et réalisations (1914-1919) (pp. 157-170)


Dominique LERCH

L’abbé Breuil et Paul Wernert. Deux anthropologues au fil d’une correspondance (1911-1961) (pp. 171-179)



Denis STEINMETZ
(Université de Strasbourg)

L’Aubette à Strasbourg ou l’espace infini (pp. 181-195)


 

Chronique des Monuments Historiques

Clémentine ALBERTONI, Claire HIRSTEL, Mahamed  Abdelaziz METALLAOUI, Marie MENRATH

(Chargés de la protection des Monuments Historiques, DRAC Alsace)

Mesures de protection au titre des Monuments historiques (2014)
 (pp. 197-204)

Christophe BOTTINEAU (Architecte en chef des Monuments Historiques)

Chronique des chantiers des Monuments historiques du Bas-Rhin (2013-2014) 
(pp. 205-210)

Richard DUPLAT (Architecte en chef des Monuments Historiques)

Chronique des chantiers des Monuments historiques du Haut-Rhin (2013-2014) 
(pp. 211-214)


Actions en faveur du patrimoine régional

Daniel ZIMMER, Le tympan de l’ancienne église des Dominicains (Temple-Neuf) de retour à Strasbourg (pp. 215-217)


Marie-Laure BEAUJEAN, Du domaine de Turckheim dit Kaysersguet à Strasbourg au lieu Europe. Etat des lieux et propositions (pp. 218-220)


In memoriam

Charles BONNET (1916-2014)
(par Céline Boutantin, Suzanne Plouin, Eric et Xavier Boes, Matthieu Fuchs, François Lambach, Jean-Jacques Wolf, pp. 221-222)

Jean FAVIÈRE (1920-2014)
(par Bernadette Schnitzler, pp. 223-224)

 
Cahiers 2014 - Résumés à télécharger
Cahiers 2014 - Bon de commande à télécharger

NOUVEAU : DES CAHIERS ENTIÈREMENT EN COULEUR

   

RÉSUMÉS

   

ZUSAMMENFASSUNGEN

 

 
    Anthony DENAIRE        
  Habitat Grossgartach d’Ittenheim   Siedlung der Grossgartacherkultur in Ittenheim  
    Lors du diagnostic archéologique mené en 2006 sur le site d’Ittenheim « Complexe sportif et aire de jeux de la rue de l'Érable », les vestiges d’un habitat du Néolithique moyen (culture de Grossgartach) ont été mis en évidence. Comme cette zone n’a pas fait l’objet d’une prescription de fouille de la part du SRA, une petite opération complémentaire a été menée un dimanche pour traiter de manière plus exhaustive les structures Grossgartach touchées par les sondages. Au total, neuf fosses seulement, dont deux possibles silos, ont été étudiées. Notre connaissance sur cet habitat reste donc très partielle. Néanmoins, il a été possible de circonscrire de circonscrire une partie de son extension et d’esquisser son évolution chronologique.     2006 wurden bei archäologischen Geländeprospektionen in Ittenheim « Complexe sportif et aire de jeux de la rue de l’ Érable » Siedlungsstrukturen der mittelneolithischen Grossgartacher Kultur freigelegt. Da der Service Régional de l’Archéologie nach der archäologischen Prospektion keine weitergehenden Ausgrabungen des Fundplatzes anordnete, wurden die bereits angeschnittenen Befunde später so weit wie möglich geborgen. Insgesamt wurden die Funde von neun Gruben bearbeitet, darunter zwei mögliche Silos. Trotz des somit begrenzten Wissenstandes zum Siedlungsplatz lassen sich dennoch Aussagen zu seiner Ausdehnung und chronologischen Entwicklung treffen.  

 
    Luc VERGNAUD, Fanny CHEVAL et Bertrand PERRIN        
  Sépulture campaniforme d'Osthouse   Bestattung der Glockenbecherkultur in Osthausen  
    Une sépulture campaniforme a été mise au jour sur la commune d’Osthouse lors des fouilles de sauvetage menée en 2012 au lieu-dit « Kleinfeld ». Cette tombe contenait le squelette partiellement conservé d’une femme adulte accompagné d’un vase décoré. Cette découverte vient compléter le corpus peu étoffé des tombes campaniformes du Sud de la plaine du Rhin supérieur.     Bei den Ausgrabungen von 2012 in Osthouse „Kleinfeld“ wurde unter anderen eine Bestattung der Glockenbecherkultur freigelegt. Das Grab mit dem Skelett einer erwachsenen Frau, der ein verzierter Becher beigegeben war, vervollständigt den bislang begrenzten Korpus glockenbecherzeitlicher Gräber im südlichen Oberrheingebiet.  

 
    Séverine BLIN, Sylvie DARDAINE, Florent JODRY et Marie-Dominique WATON        
  Stèle de cavalier à Strasbourg-Koenigshoffen   Grabstele eines Kavalleristen in Straßburg-Koenigshofen  
    La stèle funéraire d’un cavalier de l’ala Indiana, découverte à Strasbourg-Koenigshoffen, est une nouvelle attestation de la présence de ces cavaliers auxiliaires dans le camp d’Argentorate sous le règne de Tibère. Elle vient compléter nos connaissances sur les déplacements de ces auxiliaires le long du Rhin durant les campagnes de Germanies des premières décennies de notre ère. Elle appartient aussi à une belle série de stèles funéraires au cavalier à l’iconographie comparable à celle de découvertes réalisées dans les camps militaires de Worms, de Mayence ou de Bonn. La stèle strasbourgeoise présente une facture très soignée qui traduit la qualité de l’atelier de sculpteur qui a été chargé de sa réalisation.     Die Entdeckung der Grabstele eines Kavalleristen der ala Indiana in Straßbourg-Koenigshoffen bezeugt erneut die Präsenz von berittenen Auxilliartruppen im Legionslager Argentoratum in tiberischer Zeit. Die Stele ergänzt den Wissensstand zur Bereitstellung dieser Auxiliareinheiten entlang des Rheins während der Germanienfeldzüge in den ersten Jahrzehnten nach Christi Geburt. Sie gehört darüber hinaus zu einer Reihe bemerkenswerter Reitergrabstelen vergleichbarer Ikonographie, wie sie aus den Militärlagern von Worms, Mainz oder Bonn bekannt sind. Die Straßburger Stele ist mit besonderer Sorgfalt gefertigt und bezeugt den hohen Qualitätsstandard des ausführenden Steinmetz.  

 
    Nathalie FROELIGER, Heidi CICUTTA        
  Trinquer avec philosophie chez les militaires romains (à propos de peintures murales de la place du Château à Strasbourg)   Gesund zu trinken im römischen Legionslager (nach Wandgemälde vom Schloßplatz in Straßburg)  
    Deux peintures murales, appartenant aux deux revêtements d’un mur antique effondré, ont été découvertes lors d’un suivi de travaux, place du Château à Strasbourg. L’une des peintures présente un décor de guirlande rouge festonnée ornant un panneau blanc. L’autre face du mur porte un décor moins conventionnel mettant en scène un personnage représenté en pied avec les attributs quelque peu dénaturés du philosophe évoluant au sein d’une architecture fictive lui servant d’écrin. Deux petits textes incisés en latin l’accompagnent, évoquant un certain Démétrius philosophe s’essayant à la manière de boire sainement. Le choix du décor et ces graffiti dénotent un niveau socioculturel élevé de la part des résidents (ou visiteurs) de ce lieu, dont on sait qu’il faisait partie intégrante du quartier des tribuns du camp militaire romain de la VIIIe légion Auguste d’Argentorate.     Im Zuge baubegleitender archäologischer Untersuchungen am Place de la Château in Straßburg wurden die Reste von zwei Wandbemalungen entdeckt, die von einer eingestürzten antiken Mauer stammen. Ein Fragment zeigt ein weißes Feld geschmückt durch eine rote Girlande. Das zweite Stück mit einem weniger konventionellen Motiv zeigt eine komplett aufrecht stehende Figur mit den leicht verzerrten Attributen des Philosophen innerhalb einer fiktiven Architektur.
Zwei eingeritzte lateinische Textzeilen beschreiben einen gewissen Philosoph Demetrius der versucht, sich gesund zu trinken. Die Auswahl des Dekors und die Graffiti zeigen ein eher gehobenes soziokulturelles Niveau der Bewohner (oder Besucher) dieses Ortes, von dem bekannt ist, dass er Teil des Wohnquartiers des Tribuns der Legio VIII Augusta des Legionslagers Argentoratum war.
 

 
    Audrey HABASQUE        
  Camp temporaire romain à Oberschaeffolsheim près de Strasbourg   Ein römisches Feldlager in Oberschaeffolsheim bei Straßburg  
    Une opération d’archéologie préventive, menée en mai 2012, a mis en évidence, sur 4100 m², une partie d’un camp temporaire de l’armée romaine. La fenêtre de fouille s’étend de l’angle sud-ouest à la porte est du camp. En novembre de la même année, des prospections géomagnétiques ont permis de distinguer le plan quadrangulaire du camp, d’une superficie totale de 1,7 ha. Depuis quelques années, des opérations préventives ont révélé cinq autres camps temporaires, également situés à proximité de Strasbourg. Comme la fouille de ces ensembles livre  peu de structures et d’artefacts, la datation de leur construction, la durée de leur occupation et leur organisation structurelle demeurent peu connues. Le recours à des méthodes d’investigation complémentaires à la fouille ont permis, à Oberschaeffolsheim, d’obtenir de nouvelles données.     Im Mai 2012 wurden bei Rettungsgrabungen auf einer Fläche von 4100 m² Teile eines römischen Feldlagers freigelegt. Das Grabungsfenster erfasste die südwestliche Lagerecke bis zum Osttor. Durch eine sich anschließende geomagnetische Prospektion wurde die vollständige, 1,7 Hektar fassende Ausdehnung des rechteckigen Lagers nachgewiesen. In den letzten Jahren wurden in der Nähe von Straßburg insgesamt fünf solcher Feldlager entdeckt, deren zeitlicher Beginn, Belegungsdauer und innere Organisation mangels aussagekräftiger Befunde und Funde jedoch weitgehend ungeklärt ist. Die Ausgrabungen in Oberschaeffolsheim konnten hierzu durch die zusätzliche Einbeziehung von Geländeprospektionen neue Erkenntnisse liefern.  

 
    Maurice SEILLER, Burghard LOHRUM, Willy TEGEL, Maxime WERLÉ        
  Chassis de fenêtre en bois du 11e siècle à Surbourg   Hölzerne Fenstereinfassung aus dem 11. Jahrhundert in der Sankt-Arbogast Kirche zu Surburg  
    De 2011 à 2013, un accompagnement archéologique du chantier de restauration des toitures de l’église collégiale Saint-Arbogast de Surbourg a permis de recueillir de nouvelles données sur cet édifice roman majeur de la moyenne vallée du Rhin. Parmi les observations les plus remarquables, il importe de signaler la mise au jour des bâtis dormants en bois primitifs (XIe siècle) des fenêtres-hautes de la nef, ainsi que la présence d’une consolidation médiévale du chœur du XIIe siècle, réalisée au moyens d’agrafes en chêne en double queue d’aronde.     Die archäologische Begleitung der Restaurierungsarbeiten am Dach der ehemaligen Abteikirche St-Arbogast in Surbourg zwischen 2011 und 2013 haben zahlreiche neue Erkenntnisse zu diesem bedeutenden romanischen Bauwerk des Mittelrheintals erbracht. Zu den wichtigsten Resultaten zählen der Nachweis der aus einfachen Hölzern gestalteten Fenstereinfassung der Hochfenster des Kirchenschiffes sowie der Nachweis einer mittelalterlichen Verstärkung des Kirchenchores aus dem XII. Jahrhunderts mittels eichener schwalbenschwanzförmiger Klammern.  

 
    Jean-Philippe MEYER        
  Eglise romane disparue de l'abbaye d'Erstein   Ehemalige romanische Kirche von der Abtei Erstein  
    Démolie vers 1812, l’église abbatiale d’Erstein était remarquable par ses parties orientales tréflées. Robert Will, qui redécouvrit cet édifice, le data de la fin de l’époque romane. Mais on ne disposait d’aucun relevé complet ou restitution à l’échelle. Or un plan d’alignement de la bourgade d’Erstein, de 1785, en donne une image partielle et permet, avec d’autres documents, de proposer un plan restitué relativement détaillé. On peut déduire de la description de Jean Geoffroy Schweighaeuser une datation de l’abbatiale vers le milieu du XIIe siècle. Sa longueur, de 37 m, était assez modeste, comme la largeur du vaisseau central (5,5 m). Le plan semble dériver directement de celui de l’église Sainte-Marie-au-Capitole de Cologne. La chapelle de chevet ou « crypte extérieure », à deux niveaux, avec vaisseau terminé par une abside semi-circulaire, semble remonter à l’époque romane. Le caractère exceptionnel du plan tréflé pourrait être mis en rapport avec l’état d’esprit des chanoinesses, fières de l’origine de leur établissement qu’avait créé l’impératrice sainte Irmengarde.     Die gegen 1812 abgetragene Abteikirche von Erstein war bekannt wegen der Kleeblattform ihres Ostteils. Robert Will, der das Bauwerk wiederentdeckte, datierte es an das Ende der Romanik. Allerdings kennen wir weder einen vollständigen Bauplan noch eine Maßstabsgetreue Umzeichnung. Nun gibt ein Baufluchtplan des Marktfleckchens Erstein von 1785 einen Teileindruck und ermöglicht unter Einbeziehung weiterer Dokumente den Vorschlag eines relativ detailgetreuen Bauplanes. Aus der Beschreibung von Jean Geoffroy Schweighaeuser lässt sich eine Datierung der Abtei in die Mitte des XII. Jahrhunderts folgern. Ihre Länge ist mit 37 Metern recht bescheiden, ebenso wie die Breite des Mittelschiffes von 5,50 Meter. Der Bauplan scheint sich aus direkt aus demjenigen der Kirche St. Maria im Kapitol in Köln abzuleiten. Die an die Apside des Chores anschließende Kapelle (oder „äußere Krypta“) mit zwei Ebenen und halbkreisförmiger Apside stammt möglicherweise aus romanischer Zeit. Der außergewöhnliche kleeblattförmige Grundriss der Abteikirche von Erstein könnte mit der Geisteshaltung der Kanonissinnen in Zusammenhang stehen und deren Stolz auf ihre Abtei, gestiftet von Kaiserin Irmingard.  

 
    Phlippe LEFRANC, Olivier ZUMBRUNN        
  Camp militaire du 17e siècle à Souffelweyersheim   Militärslager aus dem 17. Jahrhundert in Souffeweyersheim  
    Le site de Souffelweyersheim « Les Sept Arpents » a livré une petite série de structures que quelques monnaies et formes céramiques permettent d’attribuer à la seconde moitié du XVIIe siècle. Malgré l’absence de matériel caractéristique sur le site, nous proposons, en nous appuyant sur des découvertes similaires réalisées en Lorraine et dans le Nord, d’identifier à Souffelweyersheim l’emplacement d’un camp militaire temporaire organisé autour de foyers et de structures excavées. Ces dernières, disposées en lignes, correspondent très probablement à des emplacements de baraquements. L’examen du contexte historique suggère un lien avec les manœuvres des troupes impériales et des troupes royales lors de la Guerre de Hollande. Cet épisode guerrier est marqué dans la région par la célèbre « campagne d’Alsace » de Turenne, mais également par l’affrontement du maréchal François de Créquy et de l’armée impériale conduite par le duc Charles IV de Lorraine. C’est plus précisément à ces troupes impériales, cantonnées sur le ban de Hœnheim en octobre 1677, que nous proposons d’attribuer les vestiges du camp provisoire des « Sept Arpents ».     Der Fundplatz Souffelweyersheim „Les Sept Arpents“ lieferte ein kleines Befundensemble sowie einige Münzen und Keramikformen aus der zweiten Hälfte des XVII. Jahrhunderts. Obwohl typische Funde fehlen, lässt sich durch den Vergleich mit ähnlichen Fundplätzen in Lothringen und Nordfrankreich die Existenz eines kurzfristig genutzten Militärlagers annehmen, angezeigt durch Feuerstellen und eingegrabene Strukturen. Bei diesen eingegrabenen Strukturen, in Linien angeordnet, handelt es sich vermutlich um die Standplätze von Baracken. Das Militärlager lässt sich mit kaiserlichen und königlichen Truppenbewegungen während des Holländischen Krieges in Zusammenhang bringen. Dieser Krieg hat die Region einerseits durch die „Elsässische Kampagne“ von Turenne geprägt, zum zweiten durch das Aufeinandertreffen des Marschall François de Créquy und der kaiserlichen Armee unter dem Herzog Karl IV. von Lothringen. Es sind eben diese kaiserlichen Truppen, die sich im Oktober 1677 nach Hoenheim zurückgezogen hatten, denen wir die Reste des Militärlagers von „Les Sept Arpents“ zuordnen möchten.  

 
    Dominique TOURSEL-HARSTER        
  Le Kaysersguet de Strasbourg   Das Kaysersguet zu Straßburg  
    En 2013, la Société pour la Conservation des Monuments Historiques d’Alsace, en appui régional aux sociétés d’histoire locales, s’est mobilisée en faveur de la préservation de ce domaine situé 1 allée Kastner et 8 rue Boecklin à Strasbourg, propriété municipale depuis 1926, à présent siège de la nouvelle institution dénommée « Lieu d’Europe » inaugurée le 3 mai 2014. Les pages qui suivent n’ont pour ambition que d’ébaucher dans l’urgence une première approche dans la connaissance de cette villégiature campagnarde du 18e siècle avec le souci premier non seulement d’en résumer les états successifs connus, mais aussi et surtout d’en énoncer un état des lieux et des pistes de recherches, dans la perspective du maintien et de la restauration espérée de ses éléments les plus remarquables.     2013 engagierte sich die Gesellschaft zur Erhaltung der geschichtlichen Altertümer im Elsass, in Unterstützung der örtlichen Geschichtsvereine, zur Erhaltung dieses Landgutes, gelegen in Straßburg zwischen der allée Kastner n° 1 und der rue Boecklin n° 8, seit 1926 in städtischem Besitz und heute Sitz der neuen Institution „Lieu d’Europe“, die am 3. Mai 2014 eingeweiht wurde. Die folgenden Seiten sollen eine dringend notwendige erste Annäherung zum Wissensstand zu dieser „ländlichen Sommerfrische“ des 18. Jahrhunderts sein, nicht nur um den aktuellen Zustand zusammen zu fassen, sondern auch und besonders um eine Bestandsaufnahme und mögliche zukünftige Forschungsfragen darzulegen, mit dem Ziel der Erhaltung und möglichen Restaurierung seiner wichtigsten Elemente.  

 
    Laurent NAAS, Aline SEZEUR        
  Vestiges de visiteurs au Haut-Koenigsbourg (graffitis et inscriptions antérieurs à la reconstruction)   Tourismusspuren auf der Hohkoenigsburg (zur Rekonstruktion vorliegende Graffitis und Inschriften)  
    Les travaux de recherche portant sur l’histoire du Haut-Koenigsbourg donnent malheureusement trop souvent l’impression que ce monument n’est entré véritablement dans l’Histoire qu’avec sa reconstruction voulue par l’empereur d’Allemagne Guillaume II. Or, avant 1899, ce château suscite beaucoup d’intérêt auprès d’un certain nombre d’artistes, d’écrivains ou de curieux qui en parcourent les ruines afin d’y découvrir un aperçu de la vie dans une forteresse médiévale. Cette fréquentation touristique, antérieure à la reconstruction, a laissé des traces, sous la forme de graffitis, que cette étude propose de mettre en perspective.     Viele Forschungsarbeiten zur Geschichte der Haut-Koenigsbourg hinterlassen leider allzu häufig den Eindruck, dass dieses Monument erst nach seiner Rekonstruktion, initiiert durch Kaiser Wilhelm II., Eingang in die Geschichtsschreibung gefunden hat. Aber bereits vor 1899 hat die Burgruine die Aufmerksamkeit vieler Künstler, Schriftsteller und Schaulustiger angezogen, die sich ein Bild vom Leben in einer mittelalterlichen Festung machen wollten. Dieser frühe Tourismus, lange vor der Rekonstruktion der Burg, hat Spuren in Form von Graffitis hinterlassen, denen im vorliegenden Artikel nachgegangen wird.  

 
    Etienne MARTIN        
  Deux groupes statuaires contributant à l’étude de la fontaine du "Vater Rhein"   Zwei Skulpturgruppen des Vater-Rhein-Brunnens in Straβburg  
    La résurgence de deux groupes sculptés, déposés aux entrepôts municipaux de Strasbourg, a stimulé de nouvelles réflexions autour de l’installation de la fontaine du Vater Rhein sur la place Broglie par le sculpteur A. von Hildebrand.     Die Wiederentdeckung von zwei Skulpturengruppen in den städtischen Depots von Straβburg gestattet einige neue überlegungen zur Errichtung des Vater-Rhein-Brunnens auf dem Brogliie-Platz durch den Bildhauer A. von Hildebrand.  

 
    Nicolas LEFORT        
  Protection des monuments et œuvres d’art en Alsace pendant la première guerre mondiale   Schutzmaßnahmen von Denkmälern und Kunstwerken im ersten Weltkrieg im Elsaß  
    Dès le début de la Première Guerre mondiale, l’armée française parvient à occuper la partie sud de la Haute-Alsace, où elle retrouve plusieurs monuments historiques. Leur préservation devient un sujet de la propagande de guerre et un enjeu national. Il faut toutefois attendre 1915 pour que l’Administration militaire française des territoires occupés d’Alsace prenne des mesures de protection de ces monuments, et 1917 pour que les services des Beaux-Arts et le ministère de la Guerre instituent un véritable service de protection et d’évacuation des monuments et œuvres d’art situés dans la zone du front. En 1918, est aussi créé un service de récupération des œuvres d’art, chargé de retrouver et de rapatrier les richesses artistiques enlevées par les Allemands pendant la guerre.     Bereits am Beginn des Ersten Weltkrieges besetzte die französische Armee das südliche Ober-Elsass, in der sich zahlreiche historische Bauwerke befanden. Ihre Erhaltung wurde ein Ziel der Kriegspropaganda und eine nationale Angelegenheit. Es dauerte jedoch bis 1915, bevor die französische Militärverwaltung in den besetzten Gebieten des Elsass Maßnahmen zu ihrer Erhaltung ergriff, und erst 1917 wurde durch das Kulturamt und das Kriegsministerium ein Amt zum Schutz und Evakuierung von Denkmälern und Kunstwerken im Frontbereich eingeführt. 1918 wurde darüber hinaus ein Amt zur Wiederbeschaffung von Kunstwerken geschaffen, welches mit dem Auffinden und der Rückführung geraubter Kunstgegenstände betraut war.  

 
    Dominique LERCH        
  Correspondance entre l’abbé Breuil et Paul Wernert (1911-1961)   Briefwächsel zwischen den Archäologen Henri Breuil und Paul Wernert (1911-1961)  
    Grâce à la correspondance échelonnée sur cinquante ans entre deux paléontologues, l’abbé Henri Breuil (1877-1961) et le Strasbourgeois Paul Wernert (1889-1972), il est possible de faire écho à une relation d’amitié fondée sur le travail en commun dans les grottes préhistoriques et sur quelques événements ou polémiques qui secouèrent les scientifiques entre 1911 et 1961 : relations franco-allemandes, Franco, occupation nazie, épuration… Des glanes précieuses, des fragments d’une vie où la paléontologie est une science en fondation, la première thèse d’État de préhistoire en Sorbonne étant soutenue en 1948.     Dank dem über 50 Jahre andauernden Briefwechsel zweier  Paläoontologen, dem Geistlichen Henri Breuil (1877-1961) und dem Straßburger Paul Wernert (1889-1972), ist es möglich, ein Freundschaftsverhältnis zu beleuchten, das sich auf den gemeinsamen Forschungsarbeiten zu prähistorischen Höhlen gründet sowie Ereignissen und Kontroversen, welche die Wissenschaftler zwischen 1911 und 1961 beschäftigt haben: die deutsch-französischen Beziehungen, die Diktatur Francos, die Besetzung durch Nazideutschland, die politischen Säuberungen…
Es ist eine Präziösensammlung, Fragmente eines Lebens, in der die Paläontologie noch eine Wissenschaft am Anfang ist, denn die erste Doktorarbeit in Urgeschichte wurde gerade einmal 1948 an der Sorbonne verteidigt.
 

 
    Denis STEINMETZ        
  L'Aubette à Strasbourg   Die Aubette in Straßburg  
    Si le mouvement moderne connaît actuellement une certaine notoriété, il n’en demeure pas moins que l’Aubette se présente aujourd’hui comme un monument vide et froid dont les murs, découpés en rectangles et en carrés bleu-jaune-rouge, provoquent souvent l’incompréhension et la déception des visiteurs. Or, malgré ce silence religieux qui entoure le visiteur de l’Aubette aujourd’hui, chaque décor est sensé produire une dynamique particulière en fonction de l’activité originelle. Du Caveau-dancing au Ciné-bal, en passant par la salle de billard et la pâtisserie, tous les  aménagements sont composés de surfaces colorées sur les murs, les plafonds et le sol, des miroirs qui surmultiplient les volumes intérieurs, les dématérialisent et les reconstruisent ailleurs, au point de supprimer toute limite architecturale. Cet espace infini est au cœur de la conception de l’Aubette.     Auch wenn das Neue Bauen (Neue Sachlichkeit) mittlerweile eine gewisse Popularität genießt so stimmt es doch, dass die Aubette heute wie ein kaltes und leeres Gebäude wirkt mit ihren rechteckig angelegten Mauern in blau-gelb-roten Quadern, und bei den Besucher häufig Unverständnis und Enttäuschung hervorruft. Nun, trotz des beinahe religiösen Schweigens, das die heutigen Besucher der Aubette umgibt, so erzeugt doch jede Kulisse ihre besondere Dynamik beruhend auf der ihr eigenen funktionellen Ausrichtung. Von Tanzkeller bis Kinoballsaal, von Billardsaal bis Patisserie, die gesamte Innenausstattung setzt sich aus farbigen Wänden, Decken und Fußböden zusammen, mit Spiegeln, die den Innenraum vervielfachen, ihn entmaterialisieren und anderswo wiederentstehen lassen, außerhalb der architektonischen Grenzen.
Dieser unendliche Raum ist das konzeptionelle Herzstück der Aubette.
 

 

  Chronique des Monuments Historiques  
  Mesures de protection au titre des Monuments historiques   Chronique des chantiers des Monuments historiques du Bas-Rhin   Chronique des chantiers des Monuments historiques du Haut-Rhin  
  * Mollkirch, Kloesterle
* Mulhouse, rue de Pfastatt, Usine DMC (Réfectoire)
* Strasbourg, place de l'Université, Café Brant
* Strasbourg, rue d'Austerlitz
* Strasbourg, rue de l'Abreuvoir, Ancien magasin Neunreiter
* Vieux-Thann, place Mieg, Ancien magasin de la filature Duméril, Jaeglé et Cie
  * Natzwiller, ancien camp du Struthof (blocks bunker et crématoire)
* Orschwiller, château du Haut-Koenigsbourg (couverture du donjon)
* Orschwiller, château du Haut-Koenigsbourg (mise aux normes installations techniques)
* Strasbourg, Bibliothèque Nationale et Universitaire
* Strasbourg, église protestante Saint-Paul (massif occidental)
* Strasbourg, église Saint-Thomas (clos et couvert)
* Strasbourg, église Sainte-Aurélie (intérieurs)
  * Colmar, ancien couvent des Catherinettes (menuiseries extérieures)
* Colmar, musée Unterlinden (bâtiments conventuels et chapelle)
* Neuf-Brisach (mise en valeur des fortifications, phase 2)
* Riquewihr, château des Würtemberg de Montbéliard (Toitures et façades, phases 2-3)
* Thann, château de l'Engelbourg (création de pupitres d'information et tables d'orientation)
* Urschenheim, église Saint-Georges (chapelle)